Que mangent nos fourmis ?

Rechercher

Que mangent nos fourmis ?

Cycle 1

Type de ressources

Témoignage d'enseignant

Contributeur(s)

Thème(s) Scientifique(s) 1er degré

Copyright

Creative Commons

Des élèves de Maternelle observent un élevage de fourmis en classe, et mettent en place une expérience visant à déterminer les préférences alimentaires de ces animaux.

Dans ce document, un enseignant rapporte le déroulé d’une séquence d’activités qu’il a menée en classe - réactions des élèves, difficultés rencontrées, conseils aux autres enseignants... Ces témoignages peuvent être utiles à la fois dans le cadre de la préparation d’une séquence ou activité de classe, ou servir de matière aux enseignants pour construire leurs propres activités de classe.

Notions et connaissances travaillées : « Connaître les besoins essentiels de quelques animaux ou végétaux »

Déroulé : Après avoir listé les animaux vivant dans la cour de l'école, les élèves se voit proposer par le maître l'observation d'un élevage de fourmis apporté en classe. Après deux jours, un élève suggère de donner à manger aux fourmis : mais que mangent-elles ? Différents aliments sont placés dans des petites boîtes étiquetées, et le comportement des fourmis est observé/ Leurs préférences alimentaires sont relevées dans un tableau, puis ces informations sont croisées avec celles provenant d'ouvrages documentaires.

Message à emporter : Les fourmis de notre élevage ont mangé le sucre, la brioche, la confiture et le jambon ; d'autres aliments comme la salade ou le haricot ne les ont pas intéressées. Toutes les espèces de fourmis ne mangent pas les mêmes choses : nous savons par les livres que certaines espèces consomment des graines, d’autres des insectes morts.

Contexte

Nous avons cherché les petits animaux qui vivaient dans la cour de l'école.
Nous en avons trouvé plusieurs :

quelques gendarmes.

beaucoup de fourmis.

une coccinelle.


Les gendarmes ont été placés dans un terrarium mais ils sont tous morts, sans doute par manque d'humidité.
J'ai apporté aux enfants une fourmilière remplie de fourmis provenant d'un autre milieu que la cour.
Après deux jours d'observation, un enfant suggère qu'il faudrait donner à manger aux fourmis.

Les propositions des élèves sont :

des graines de haricot,
de la salade,
des graines,
des insectes,
des coccinelles,
du pain,
du fromage,
de la confiture,
de la terre,
du sucre,
du jambon,
des cailloux,
et encore : " Il faut couper en tout petits morceaux sinon elles vont avoir mal au ventre."

Comment savoir ce que mangent les fourmis ?

  • "On met dans la fourmilière."
  • "On met dans la boîte car c'est plus facile à ouvrir."
  • "On regarde ce qu'elles aiment bien."
  • "On les regarde quand elles mangent."

Expérience

Je propose de mettre la nourriture dans des petites boîtes ouvertes (des boîtes d'allumettes vides, par exemple).
Au fond de chacune d'elles, j'écris le nom du contenu. Les boîtes sont placées dans la "salle à manger".

Observation libre à différents moments de la journée

Constatations

  • " Il y avait plein de fourmis sur la confiture ; elles ont presque tout mangé."
  • "Elles ont déplacé les graines mais elles ne les ont pas mangées."
  • "Elles ont mangé un peu de gruyère."
  • "Elles ont mangé un peu de jambon."
  • "Tout le sucre a été mangé."
  • On a réalisé un grand tableau pour dire ce que les fourmis ont mangé :
Que mangent les fourmis dans notre fourmilière ?
Nos expériences
  OUI ? NON
sucre X    
salade     X
insectes morts     X
brioche X    
terre     X
graines de haricot     X
confiture X    
jambon X    
gruyère   X  
pain   X  

(tableau collectif)

Remarque : nous n'avons pas parlé de l'eau mais chaque jour, un élève devait mouiller, à l'aide d'une seringue, le coton de la fourmilière.

Que nous disent les documentaires ?

Travail en petits groupes :
Recherche des documentaires correspondants.
Un document sur la nutrition des fourmis est choisi et lu.
On écrit et on dessine ce que mangent les fourmis.
Chaque groupe présente au reste de la classe ce qu'il a noté.
On élabore un tableau collectif.

Documentaires utilisés :

  • "La fourmilière" Gallimard - Tournesol
  • "Mon premier copain des bois" Nathan
  • BT et BTJ sur les fourmis
  • "Les fourmis" Nathan

Ce que nous avons trouvé dans les livres. Les fourmis peuvent manger :

  • des insectes morts : mouche, guêpe, abeille, sauterelle, ...
  • des fourmis, des vers blancs, des chenilles,
  • la miellée des pucerons, du sucre.

Comparons ce que nous disent les livres et ce que nous avons vu

  • " Les fourmis n'ont pas mangé la mouche morte."
  • "Elles n'ont pas mangé les graines."
  • "Dans les livres, on ne trouve pas si les fourmis mangent de la confiture."
  • Nous aurions pu essayer de donner d'autres aliments.

Ce que les enfants ont retenu en consultant les documents

Toutes les fourmis ne mangent pas les mêmes choses.
Il y a aussi différentes espèces de fourmis.

Evaluation

"Entoure ce que préfèrent manger les fourmis dans notre fourmilière."
 

PS

MS

Entoure ce que préfèrent manger les fourmis de notre fourmilière. Mai 98

 

Mot de La main à la pâte

Les fourmis ont un régime alimentaire qui est relativement varié et mixte. Elles peuvent adapter leur alimentation aux ressources du milieu qui les entourent. Cette expérience en classe ne peut pas permettre de déterminer le régime alimentaire de la fourmi. On peut cependant amener l'enfant à avoir un regard critique sur le dispositif mis en place en comparaison de la documentation trouvée (ex : la préférence de la confiture qui ne se trouve pas dans la nature). Il est peut-être intéressant ici d'observer le comportement des fourmis. (Comment fait-elle pour détecter la nourriture ? La transporter ? La manger ?)

Matériel

- Fourmilière,
- Petites boîtes d'allumettes,
- Coton, seringue contenant de l'eau,
- Divers aliments et matériaux au choix des enfants.

Une sélection de ressources pour enseigner chaque notion scientifique aux programmes scolaires du BO !

En savoir plus

Découvrez L@map, la plateforme de formation en ligne pour les professeurs du premier degré et du collège. 

En savoir plus