Mais d'où vient le pain de ma tartine ?

Rechercher

Mais d'où vient le pain de ma tartine ?

PrintFacebookTwitterLinkedin
Cycle 2

Type de ressources

Dossier primé Prix Lamap

Type de prix

Type de prix LAMAP

Année du prix

Année du prix LAMAP
2000

Thème(s) Scientifique(s) 1er degré

Thème(s) scientifique(s) (1er degré)

Copyright

CC BY-NC-SA 2.0 FR

À partir d'une gerbe de blé apportée en classe par un enfant, les élèves ont été amenés à retrouver, de façon expérimentale, toutes les étapes de la fabrication du pain de leurs tartines, depuis la germination des grains de blé jusqu'à la cuisson de la pâte à pain. Ils ont ainsi élaboré puis vérifié des modes opératoires, comparé différentes techniques, pour passer de l'épi au grain, pour séparer le grain de la balle, pour transformer le grain en farine, et enfin, pour redécouvrir la meilleure recette de la pâte à pain du boulanger. Aussi ont-ils été ravis, lors d'une journée «portes ouvertes», de présenter à leurs familles tout leur savoir en la matière en invitant les adultes à mettre à leur tour «la main à la pâte».

Ce document est le récit d'un projet lauréat des prix La main à la pâte (édition 2000) réalisé par une classe de grande section de l'école maternelle du Canteloup à Honfleur dirigée par Mme Françoise HURTRELLE.

Objectifs : Le monde du vivant. L'éducation à la santé. Importance des règles d'hygiène de vie, notamment celles relatives à l'alimentation.

Durée : Une vingtaine de séances réparties sur l'année scolaire

Situation déclenchante :

Apport d'une gerbe de blé dans la classe, d'un bouquet d'épis par Ridwan.
Petit déjeuner à l'école composé de céréales.
Exploitation et intérêt porté au livre " La petite poule rousse " de Byron BARTON (L'Ecole des Loisirs) : désir de reproduire les actions de l'histoire dans un ordre chronologique.

 

Du blé à la farine

Résumé : Les élèves ont élaboré puis vérifié des modes opératoires, comparé différentes techniques, pour passer de l\'épi au grain, pour séparer le grain de la balle, pour transformer le grain en farine.

Découverte du blé : les semis

D'où vient le blé ?

Situation de départ

Ridwan a apporté à la rentrée quelques épis de blé sans pouvoir nous en donner ni le nom, ni la provenance.
Aucun enfant ne peut nous renseigner car le blé semble inconnu de tous.
Plus tard la paille va être reconnue.

Observation et questionnement

L'épi : est-ce que ça se mange ? En avez-vous déjà mangé ?

"C'est des grains. C'est des Kellog's !"
Un enfant croque le grain : "c'est dur, c'est blanc dedans."
Seul Johnny pense que le blanc est peut-être la farine.

Questionnement final

D'où vient-il ?
Où pousse-t-il ?

Les semis

Objectifs

Rendre l'enfant sensible au monde végétal pour l'amener vers l'approfondissement des concepts fondamentaux de temps, d'espace et de relation, et de notion de vie (germination et croissance).

Qu'est-ce qui est vivant ? Les fleurs, les arbres sont-ils vivants ? Les choses, les cailloux ?

Notions historiques : avant on semait à la main, maintenant on se sert d'un semoir.

Activités

  • Semis la veille des vacances de la Toussaint en classe et dans la cour
  • Un pot en classe à la lumière et un autre dans le noir (dans un placard).
    Le 13 novembre : pousses de quelques centimètres.
    "ça pousse plus vite dans la classe !"
    Réaction générale : " ça fait de l'herbe ! "

Nous avions semé aussi des graines de citrouille.
Axel fait la comparaison entre les graines de blé et celles de la citrouille : "Alors ça va faire de l'herbe orange ?"
"Ça fait des feuilles."

Problème rencontré : en classe, la plante a vite grandi mais a vite fané.

Documentation

" Toujours rien " Edition du Rouergue
" Quel radis dis donc ! " Didier Jeunesse - École des Loisirs
"Rosie plante un radis " Casterman

De l'épi au grain : le battage du blé

Objectifs

  • Approche de la dimension historique. Avant " C'était avant "
  • Autrefois, le fléau. Aujourd'hui, la moissonneuse.

Le battage du blé d'après les suggestions des élèves.

Situation problème

Comment faire pour séparer les grains de blé ?
Comment battre le blé ? ( Le blé est étalé à terre )

  • Charlotte : "Faut marcher ou sauter dessus." (Le verbe piétiner n'est pas connu des enfants.)
    Premier essai :
    .
    Observation : "Oh ! surprise. Y a des grains. On a gagné. Les grains de blé sont tombés par terre."
  • Johnny : "On peut taper avec un bâton."
    " Que se passe-t-il si on tape sur la paille ? " ... "Rien"
    La difficulté réside dans le fait de bien taper sur les épis.
    Johnny se sert du bâton comme d'un pilon.
  • D'autres propositions : "On peut taper comme ça (à plat), comme avec le fléau."
  • Secouer les épis (le verbe secouer n'est pas connu des enfants). Ils font le geste.
  • Taper avec ses mains.
  • Frotter avec ses mains.
  • Égrainer ("éplucher" dit Charles).
  • On ramasse les grains de blé mélangés avec la balle.
    Observation : ça va plus vite avec les pieds. Les grains de blé tombent avec la petite paillette (la balle).
    Lucie secoue la bassine qui contient le blé pour enlever la balle.

Remarques : on constate que certains épis sont bien battus, d'autres un peu moins, d'autres pas du tout.
Aujourd'hui, c'est la moissonneuse-batteuse qui bat le blé. Elle bat tout les épis.

Le battage du blé avec le fléau

Motivation

"On va battre le blé avec le fléau, comme avant, comme dans le temps."
La scène se passe dans la cour à cause de l'espace.
Présentation des outils : la fourche et le fléau

Observation - Analyse

  • Description de la fourche. Le mot est connu par Axel.
    Jason : "ça ressemble à des mains, à des doigts."
    Charly : "C'est en bois."
  • Utilité : " Que fait-on avec la fourche ? "
    Margaux : "Pour séparer les grains et la paille."
    Charly : "C'est pour pousser. C'est pour ramasser la paille."
  • Description du fléau. Les enfants se sont souvenus du nom et de son utilité grâce à la documentation apportée en classe.
    Charly : "Y a un grand bout de bois et un petit."
    Johnny : "Y a un manche."
    Benjamin : "Y a deux bouts de bois."
    Davy : "Une grosse ficelle."
    Axel : "Une corde."

Pourquoi un grand bâton ?
Charlotte : "Parce que c'est un manche."
Avec quel morceau on bat le blé ? "Avec le gros !"
Apport d'un mot nouveau " la batte ".

  • Utilité
    Pourquoi battre le blé ?
    Jason : "Pour avoir du blé, du grain."

Fonction technique : Comment fonctionne-t-il ?
Essai d'expérimentation : "Faut taper avec le bout." "Faut lever la batte déjà." "Faut taper sur les épis."

Problème : c'est difficile car ce n'est pas un outil pour les enfants.
"C'est pour les adultes." "Faut taper fort." "Faut le mettre en l'air."
Nous avons quand même obtenu des grains et vu beaucoup de grains tomber des épis.

Séparer la graine de la balle

Situation de départ

Comment faire pour séparer grains et balle ?

Des essais

Lucie a secoué la bassine qui contient les grains de blé et la balle.
" Que font les grains ? " " Que fait la balle ? "
"Elle vole. Mais les grains tombent aussi."
"Faut trier avec les mains. C'est long et y en a beaucoup."

"On peut tapoter. On peut secouer doucement."
Comment ?
"De haut en bas. De gauche à droite. D'avant en arrière."
"Les grains se mettent ensemble. La balle va de l'autre côté. Mais c'est trop long."

Avec les tamis

"Les grains ne passent pas à travers les trous."
"Si on secoue fort, tout tombe, tout saute par dessus bord."

Avant on secouait dans un grand panier : le van

Il y avait aussi des machines

Et aujourd'hui ?
Apport du blé de la ferme, moissonné avec la moissonneuse-batteuse.
"Maintenant c'est la moissonneuse-batteuse qui fait tout." Charles

 

Transformation : du grain à la farine

Situation de départ

Comment faire pour écraser le blé afin d'obtenir de la farine ?
Johnny : "Avec ses dents. Ça va mais c'est dur."
Margaux : "Avec ses mains."
Sarah : "Avec un caillou."
Dylan : "Avec son pied. Ça va pas, le grain est trop petit, il va dans la semelle."
Sarah : "Avec un marteau."
Les autres : "Avec une pierre, avec une brique."
Axel : "Avec le moulin à légumes quand on a fait la soupe à la citrouille."

Matériel à préparer

Des objets pour moudre, écraser, étaler.. : un moulin à légumes, un moulin à café ancien et électrique, un pilon, un mortier, un rouleau à pâtisserie, un galet...

Après les premières solutions proposées et l'apport d'outils par la maîtresse, les enfants sont répartis dans différents ateliers. (Mise à la disposition des enfants de différents objets répondant à la fonction d'usage : le moulin à légumes, le moulin à café ancien et électrique, le pilon, le mortier).

Travail en ateliers

  • Ateliers de travail :
    atelier galet
    atelier moulin à café électrique (avec adulte pour la sécurité)
    atelier moulin à légumes
    atelier moulin à café manuel
    atelier rouleau à pâtisserie et pilon mortier
  • Après les premiers essais, on passe aux constats : que se passe-t-il avec chacun des outils ? Est-ce facile ? Pourquoi ? Est-ce difficile ?
    Avec le rouleau à pâtisserie : "ça ne va pas, le blé est trop dur."

    Avec le mortier et le pilon : "c'est trop dur."
    Avec le moulin à légumes : "ça ne va pas ; ça n'écrase pas."
    Avec les galets : "ça va mais c'est long." Certains écrasent sans frapper. D'autres frottent les galets. Beaucoup d'enfants préfèrent taper les galets ensemble, prétexte à faire du bruit, mais s'aperçoivent que ceux qui écrasent, réussissent mieux à avoir de la farine.

    Avec le marteau : "ça va."
    Avec le vieux moulin à café, quand les enfants tournent la manivelle dans le bon sens, c'est très difficile. Il faut une certaine force mais les grains sont écrasés. Voir la farine tomber dans le tiroir, leur fait plaisir et ils sont très satisfaits.



    Avec le moulin à café électrique : "c'est facile. C'est rapide. C'est bien écrasé. La farine est douce."
  • Comparaison des moutures obtenues dans chaque atelier.
    Prise de conscience des différences entre les farines.
    Chaque outil utilisé a moulu et écrasé différemment

Mise en commun des résultats : farine blanche, farine complète, le son.

Le tamisage

Introduction

Rappel : Rappel des différentes façons d'écraser et de moudre.

Comparaison des moutures obtenues

Comparaison des différentes moutures obtenues lors de la séance précédente.
"Y a du blanc. Y a du jaune."
"Le blanc c'est la farine. Le jaune c'est le son. C'est la peau du blé."

On a obtenu :
- des grains grossiers à partir du blé écrasé avec les galets,
- des grains moyens à partir du blé moulu avec le vieux moulin,
- des grains très fins à partir du blé moulu avec le moulin à café électrique.

"Pourquoi les grains sont-ils plus fins avec le moulin à café électrique ?"

Comparaison des moutures avec la farine du commerce

Comment faire pour avoir de la farine blanche ?
"Faut "pu" du jaune. Faut "pu" du son."

Comment l'enlever ? Comment le séparer du blanc.
"On le fait avec les mains." "C'est trop long."

La maîtresse : " On va tamiser la farine dans un appareil ".
Charlotte se souvient de l'outil avec des trous sans le nommer. Faut secouer comme on a fait avec le blé.

Apport de tamis, de passoires et de grilles
Travail en ateliers

  • Répartition en trois ateliers avec les différents outils


  • Comparaison des différentes farines obtenues :
    Il reste quand même du son, surtout dans l'atelier "passoires".
    La farine la plus blanche se trouve dans l'atelier "tamis".

Quelle est la farine la plus douce ?
Au toucher, tous les enfants ont désigné la farine tamisée.

Pourquoi y a-t-il de la farine plus fine ?
"Y a des gros trous. Y a des petits trous."
Benjamin : "le son peut sortir s'il y a de gros trous."

  • Comparaison et observation des trous des tamis.
    Le grillage des deux tamis est différent. L'un est encore plus fin.
    Avec ce tamis, le son n'est pas passé. Pourquoi ?
    "La farine peut passer pas le son."
  • On pèse les farines obtenues.
    Dylan : Qu'est-ce que ça veut dire peser ?
    Margaux : On peut se peser comme ça debout.

    Avec 1 kg de farine de blé, il y a beaucoup de perte à cause de la manipulation.

Essai de synthèse

Le son ne passe pas à travers les grillages.

Quel tamis choisir pour avoir de la farine blanche s'il y a du son ?
On prend le tamis le plus fin.

Le moulin à tamiser

Objectif

Les enfants, ayant compris le principe du tamisage, seront-ils capables de découvrir seuls l'utilité et l'utilisation du moulin à tamiser ?

Situation de départ

Présentation à la classe dun moulin à tamiser.

A quoi servait l'objet ?
On regarde, on observe, on réfléchit.
"Y a une poignée ; ça tourne." "C'est pour moudre le blé. C'est pour l'écraser." " Y a un tamis. C'est pour tamiser."

Essais

  • On expérimente. On démonte. On analyse.

    "Ça tourne. Ça n'écrase pas le blé." " C'est la manivelle qui fait tourner le bout de bois." "On peut tourner vite." "C'est l'aile qui fait secouer la farine."
  • On apporte une déduction.
    "C'est comme le tamis. La farine tombe. Le son y reste dedans, il est trop gros."
  • On expérimente. On compare. On conclut.
    "Alors c'est pour tamiser." "Au lieu de secouer, on tourne, y a une aile, ça tourne, alors c'est un moulin."
  • Il reste beaucoup de son dans le tamis.
    Le tamis est fin.
    Alors le son ne passe pas.
    La farine au fond est presque blanche. Elle est douce.

Charles: "Pour qu'elle soit blanche, faut tamiser tout jusqu'à qu'il y ait plus de son."
Ridwan : "Faut tamiser toute la journée."

Evaluation

Comprendre la chronologie des actions

  • Que faut-il prendre comme outil pour moudre, pour tamiser...
  • Explication et synthèse des résultats obtenus
  • Argumentation
    "Le grain est trop grossièrement écrasé, pourquoi ?"
    "La farine a beaucoup de son, pourquoi ?"
    "Quel outil faut-il prendre pour avoir une farine presque blanche ? Pourquoi ?"

Travail en atelier

Par petits groupes de quatre, organisation d'ateliers spécifiques afin de transformer les grains de blé en farine.

Il faut battre ou égrainer le blé.
Séparer les grains de la balle.
Moudre le blé.
Tamiser la farine.

1 - On enlève les grains

2 - On trie avec ses mains
On prend le tamis pour séparer la balle des grains. On souffle dessus, la balle s'envole,
Les grains vont par ici, la balle par là
On secoue comme ça, de gauche à droite et de haut en bas. les grains restent dans la main.

3 - Pour écraser avec le pilon
avec le marteau
avec le moulin
Avec quel outil est-ce le plus facile ?

4 - Pour tamiser c'est à dire séparer le son de la farine.

L'ordre chronologique est respecté.
La seule confusion était dans l'utilisation du moulin à tamiser.

Visite d'un moulin à vent : le moulin d'Ablon

Mr et Mme Sénécal, les propriétaires du moulin, ont remis en route leur moulin, pour nous.

Analyse du mécanisme

Mise en parallèle des actions simples effectuées par les enfants :
écraser du blé de différentes façons (les enfants),
écraser du blé entre les meules de pierre par le moulin à eau.

Réactions des enfants au moulin

On n'a pas intérêt à mettre les doigts dans la grosse meule. Charlotte.
On ne peut pas, y'a du bois autour. Sarah.
Celle qui est en dessous tourne pas. Johnny.
Les moulins à eau, c'était dans le temps. Yohann.
C'est pas la roue qui pousse l'eau, c'est l'eau qui pousse la roue. Axel.


Cest le meunier qui tourne les " trucs " (vannes) pour faire l'eau plus fort.
Pour que la roue tourne vite. Jason.
C'est des engrenages. Ridwan.
La roue elle est grande, derrière le mur, ça fait tourner les engrenages.
Y'a une moyenne roue, y'a une petite aussi. Charles.
La roue fait tourner les engrenages, les engrenages font tourner la meule. Margaux.
On accroche le sac de blé avec la chaîne. Charlotte.


On ouvre les planches (trappe) en haut. Benjamin.
Le sac monte, après le blé tombe dans une grosse boîte (la trémie), le blé tombe un petit est secoué. Alexis.
Les grains de blé tombent entre les meules.
Ça écrase.
Et la farine, elle tombe en bas dans un tuyau, c'est la farine complète. Dylan.

Après la visite du moulin, les enfants se sont posés les questions suivantes :
Qu'est-ce qui écrase dans le moulin ?
C'est quoi qui écrase ?
Yohann : Les engrenages, la manivelle fait tourner les engrenages.
Regardez dedans, il faut enlever le tiroir.
Davy : Je sais pourquoi ça écrase... parce qu'il y a des dents.

 

De la farine au pain

Résumé :  En classe, les élèves fabriquent leur propre pain. Suite à ce travail, ils visitent une boulangerie et découvrent comment le pain est fabriqué en grande quantité.

Fabrication du pain en classe

On mélange :

la farine : 500 g
l'eau tiède : 30 cl
la levure : 10 g
le sel : 10 g

  • On pétrit la pâte et on laisse reposer 20 minutes :

""

  • On façonne la pâte en forme de pain,
    on entaille les pâtons,
    on laisse lever 3 heures et 30 minutes.

""

  • On fait cuire 45 minutes,

 

""

et on mange !

Démarche scientifique

  • Analyse - comparaison
    La pâte a gonflé.
    Pourquoi ?
  • Formulation - hypothèse
    C'est la levure qui fait gonfler la pâte.
  • Expérience
    Faire du pain AVEC levure.
    Faire du pain SANS levure.
  • Conclusion
    La levure fait gonfler le pain.

Autres expériences pour comparer le goût, la texture, la couleur

1- Faire du pain avec de la farine complète.
Faire du pain avec de la farine tamisée.

2 - Faire du pain avec du sel.
Faire du pain sans sel.

Observation des transformations de consistance, de couleur, de goût, avant et après la cuisson : chaleur et temps.
Observation du temps de repos et de cuisson par comparaison avec le temps de la récréation, du petit déjeuner ou du déjeuner à la cantine.

Visite de la boulangerie

Objectifs

Faire découvrir la boulangerie et le fournil.

Découverte de la boulangerie

  • Découverte de l'entreprise

""

Qui travaille dans le fournil ?
Que fait le boulanger ?
Que fait l'apprenti ?
Quelles machines servent à faire le pain ?
Le pétrin, le four, la machine pour découper.

  • Présentation de l'activité de la boulangerie

""

Qui travaille dans la boulangerie ?
Que fait la boulangère ?
Que fait la vendeuse ?

Les enfants ont visité une boulangerie à la fin des activités "De la farine au pain". Ils connaissaient bien la recette du pain et la chronologie de sa fabrication ainsi que les outils et machines employés.

La visite leur a permis de vérifier leurs connaissances et d'apprécier la qualité du savoir-faire d'un professionnel.

Nous avons demandé des conseils pour le pétrissage et la cuisson.

 

Bilan du projet & Journée portes ouvertes

Résumé : Les élèves ont été ravis, lors d'une journée "portes ouvertes", de présenter à leurs familles tout leur savoir en la matière en invitant les adultes à mettre à leur tour "la main à la pâte".

Bilan du projet

Acquisition de savoir-faire.

  • Dans les gestes :
    Pour enlever la balle du grain
    "C'est plus facile de souffler dessus. Ca va plus vite que trier."

Pour écraser le blé avec les galets : adaptation du geste à la fonction d'écraser.
"On ne tape pas, on frotte, on écrase avec le petit galet." (avec celui du dessus)

  • Dans le choix des outils. Adaptation à la fonction.
    Choix du moulin à café électrique pour avoir du blé bien écrasé.
    Choix du tamis le plus fin pour avoir une farine plus blanche.

Acquisition dans le domaine de la compréhension et de la connaissance

Développement de l'esprit critique.

  • Les semis : prise de conscience qu'une graine donne naissance à une plante, que la plante naît, vit et meurt, d'où la nécessité d'arroser, de la mettre à la lumière.
  • Le blé dans la terre sèche n'a pas germé.
  • Le blé dans le pot enfermé dans le placard a germé et grandi. Mais les pousses étaient jaunes au lieu d'être vertes et elles ont fané très vite. " Il faut pas la mettre dans le noir " Dylan

Les moulins

Johnny : "les meules c'est comme nous avec les galets, ça écrase."
Ridwan : "celle en dessous elle bouge pas. Celle d'en haut elle tourne"
Yohan : "c'était dans le temps qu'on faisait comme ça." ( à propos de la visite du moulin)

  • Intérêt pour les documentaires : davantage de consultations, de recherche.
  • Les enfants comparent les actions, les outils d'autrefois, à celles faites en classe, à celles faites aujourd'hui. Charly montre une reproduction du travail dans les champs : "C'est mieux avec la moissonneuse-batteuse. C'était long avant. Ils devaient être fatigués avant les hommes. "

Davantage de curiosité technologique et de questionnement.
Avant d'aller visiter le moulin et avant de travailler avec les engrenages, les enfants ne s'étaient jamais posés la question de savoir :

  • comment le moulin à café fonctionnait.
  • comment ça écrasait.
  • pour eux le moulin à café écrasait, c'est tout, le fonctionnement ne les intéressait pas.

La journée portes ouvertes

Objectifs

  • Faire participer les parents au projet.
  • Leur montrer le savoir-faire de leurs enfants.
  • A partir d'un épi de blé, l'enfant va reprendre toutes les étapes de transformation, pour faire de la farine. (Anticipation chronologique)
  • Fabriquer du pain à partir:

-de farine complète (celle qui a été fabriquée au moulin à eau).
-de farine tamisée.

Organisation

Les enfants, d'après leur choix sont répartis dans les ateliers.
1 - Atelier : du blé à la farine.
2 - Atelier : de la farine au pain.

Matériel

Galets, différents moulins, différents tamis, passoires, saladiers, cuillères, assiettes, gobelets.

Déroulement :

Premier atelier - du blé à la farine
Chaque enfant reçoit des épis de blé et va changer d'atelier à son rythme et au fur et à mesure de ses besoins.

Plusieurs activités sont à accomplir dans la chronologie des actions :
1 : Égrainer son épi
2 : Séparer le grain de la balle : en soufflant dessus.
3 : Écraser le blé pour avoir de la farine : avec les galets, les moulins à café manuel ou électrique.
4 : Tamiser la farine obtenue avec les tamis, les passoires, le moulin à tamiser.

Au fur et à mesure que les enfants ont fabriqué leur farine, ils animent un atelier pâte à sel avec les parents.

Deuxième atelier : de la farine au pain
Fabrication du pain complet, à partir de la farine du moulin à eau d'Ablon. Fabrication du pain blanc.

Bilan de la journée

  • Difficultés : installation matérielle à bien prévoir de façon à ce que les enfants soient tous actifs en même temps avec le matériel spécifique.
  • Bilan positif :

Les enfants ont mené leur activité à terme.
Les enfants ont été heureux de voir l'intérêt de leurs parents pour leurs activités.
Les parents ont mis "la main à la pâte".
Les parents ont apprécié l'après-midi portes ouvertes
La séquence a duré plus d'une heure, tous les enfants ont été très actifs dans une ambiance très calme

Découvrez L@map, la plateforme de formation en ligne pour les professeurs du premier degré et du collège. 

En savoir plus