Vie sociale des Hominidés

Rechercher

Vie sociale des Hominidés

PrintFacebookTwitterLinkedin
Cycle 1
Cycle 2
Cycle 3
Cycle 4

Type de ressources

Documentation scientifique

Contributeur(s)

Thème(s) Scientifique(s) 1er degré

Thème(s) Scientifique(s) 2nd degré

Copyright

CC BY-NC-SA 4.0 International

Tous les Hominidés (scientifiquement synonyme de "grands singes"), bonobo, chimpanzé, gorille, Homme et orang outan, sont génétiquement très proches. Ils sont regroupés dans cette famille des Hominidés car ils ont un même ancêtre aujourd’hui disparu. Cette origine évolutive commune explique qu’ils sont très proches d’un point de vue comportemental.

Organisation sociale

Chaque espèce d'Hominidés vivant au Gabon, chimpanzé, gorille et homme, présente néanmoins quelques différences d’organisation sociale :

  • Les gorilles vivent en harem : un mâle dominant appelé dos argenté vit avec 3 à 5 femelles et leurs enfants sur un petit territoire où peuvent vivre d’autres groupes de gorilles qu’ils acceptent de croiser.
  • Les êtres humains vivent en sociétés, et à plus petite échelle, ils vivent en familles. La notion de famille varie selon les traditions et les régions du monde.
  • Les chimpanzés vivent en communautés pouvant regrouper plus de 100 individus. De nombreuses femelles et mâles vivent ensemble avec les jeunes. Il y a un mâle dominant mais il n’est pas le seul à se reproduire avec les femelles. La journée, les chimpanzés se séparent en petits groupes pour aller chercher à manger et se rejoignent le soir pour construire leurs nids dans les arbres et y dormir. Les chimpanzés sont territoriaux, c’est-à-dire qu’ils n’acceptent pas que d’autres individus étrangers à leur communauté vivent sur leur territoire.

Pour chacune des espèces, il existe une hiérarchie complexe au sein des groupes. Un mâle dominant est généralement à leur tête ; il existe de plus une hiérarchie chez les femelles dans les groupes multi-femelles.


Le dimorphisme sexuel

Chez tous les Mammifères terrestres, les organes sexuels masculins sont externes et donc visibles. Chez les Hominidés du Gabon, les mâles sont plus grands et plus robustes que les femelles :

  • chez le chimpanzé, ces différences sont peu marquées : le mâle peut atteindre 1m20 en moyenne pour 50kg et la femelle 1m20 pour 35kg. Néanmoins, lorsque la femelle est en chaleur, son sexe se gonfle d’une tumescence rosée.
  • chez les êtres humains, l’homme mesure environ 1m75 pour 75kg et la femme 1m65 environ pour 65kg. Les hommes ont une pilosité plus développée notamment sur le visage.
  • chez le gorille, les distinctions sont très visibles : le mâle a des poils grisés sur le dos, c’est la raison pour laquelle on le nomme dos argenté. Il a également une protubérance sur le sommet de son crâne que l’on nomme crête sagittale rendant sa tête plus imposante et il est plus grand que la femelle. Il mesure jusqu’à 1m80 contre 1m50 chez la femelle, et pèse jusqu’à 175kg contre une moyenne de 95kg chez la femelle.

Lorsque les mâles et les femelles d’une même espèce présentent des différences morphologiques, on parle de dimorphisme sexuel.


Représentation de l’organisation sociale

  • Chez les gorilles un seul mâle, le dos argenté, est le compagnon de plusieurs femelles dont chacune donne naissance à ses enfants.
  • Chez les humains, le noyau familial est généralement constitué du père, de la mère et des enfants de ceux-ci.
  • Chez les chimpanzés, les mâles et les femelles ont plusieurs partenaires sexuels. Chaque femelle donne naissance à des enfants dont on ignore qui est le père.

Des comportements complexes et un langage élaboré

Les Hominidés vivent en groupes au sein desquels les individus, qui ont tous des personnalités différentes, interagissent énormément.

Les liens « mère-enfant » sont très forts. C’est au cours de leurs premières années de vie que les nouveaux-nés des Hominidés apprennent beaucoup. Pour les chimpanzés et les gorilles, les 4 années d’allaitement pendant lesquels les petits sont totalement dépendants de leurs mères permettent à celles-ci de transmettre de nombreuses notions : choix des aliments, utilisation d’outils, identification de plantes médicinales, construction du nid …

Chez les humains les apprentissages liés à la vie sociale sont également apportés par le milieu familial. Face à la somme énorme de connaissances construites par les sociétés humaines et structurées par l’invention de l’écriture, la nécessité d’apprentissage à l’école est apparue dans l’Antiquité.

Les importantes relations chez la plupart des Hominidés leur permettent de coopérer, de fraterniser, de s’allier pour renverser le pouvoir au sein de leur groupe … Les chimpanzés, par exemple, se lancent dans de longues séances d’épouillage qui permettent de résoudre les conflits et apaiser les tensions.

Les sens très développés des Hominidés ainsi que leur mode de vie en communauté leur permettent une communication complexe par l’intermédiaire de vocalisations, d’expressions faciales, de gestes et de postures… Des hommes ont même enseigné à plusieurs chimpanzés et gorilles à communiquer avec eux grâce au langage des signes. Les femelles à qui l’on a appris ce langage sont capables d’enrichir leur vocabulaire et de le transmettre à leurs enfants.


La culture chez les Hominidés

Les chimpanzés, les gorilles et les hommes possèdent une culture. C’est-à-dire qu’ils disposent d’un ensemble de savoirs et de pratiques qui se partagent et se transmettent socialement au sein d'un groupe donné et non par héritage génétique. On définit notamment la culture par la conscience de soi, la capacité à apprendre et la vie en société.

Chacune des espèces d’Hominidés du Gabon a ainsi conscience de soi (ils se reconnaissent tous dans un miroir ou dans l’eau), les adultes apprennent des usages et savoirs à leurs enfants (automédication…) et utilisent des outils (les chimpanzés se servent de pierres pour casser des noix ou de brindilles d’herbe pour ‘‘pêcher’’ les termites et les fourmis) et ils vivent tous selon une hiérarchie particulière. Lorsqu’ils s’amusent, les chimpanzés sont même capables de rire.

Un des éléments majeurs de la culture chez les humains est la langue maternelle. Chaque groupe constitué possède généralement une langue qui lui est propre. De même, on distingue différentes cultures chez les chimpanzés. Sur l’ensemble de leur aire de répartition, les différentes populations ne présentent pas les mêmes caractéristiques et développent des comportements distincts qui sont enseignés aux plus jeunes. Par exemple en Sierra Leone, le kapokier est un arbre fruitier au tronc recouvert d’épines dont les chimpanzés raffolent des fruits. Pour accéder à ces derniers, ils se fabriquent des tongs grâce à des brindilles qu’ils coincent sous leur plante de pieds. Ils peuvent ainsi aller manger sans se blesser.

Vous souhaitez aborder ce sujet avec vos élèves ?
Consultez nos ressources pour la classe !

Accéder aux thèmes scientifiques et pédagogiques